Un étudiant-athlète de l’ESG entrepreneur à 25 ans

Un étudiant-athlète de l’ESG entrepreneur à 25 ans

Felipe Costa de Souza, étudiant au certificat en administration de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) est un passionné. Passionné de soccer, de culture brésilienne, de mode et de marketing. Ce membre de l’équipe masculine de soccer des Citadins a lancé il y a près de 5 mois sa propre ligne de vêtements avec des amis. Depuis, plusieurs athlètes de haut niveau portent fièrement sa marque, Ginga Revolution, qui est également vendue en boutique.

Né au Brésil, Felipe est fier d’expliquer que le nom de son entreprise vient du mouvement de base de la danse brésilienne Capoeira. « La Ginga a été inventée pour déguiser la Capoeira en danse par les esclaves. Pour nous, la Ginga est un mode de vie, une attitude, un style, une manière de penser et de s'habiller. Le mot Revolution rapporte au fait que nous souhaitons que toutes les personnes qui portent notre marque révolutionnent à sa manière son style », a-t-il expliqué.

En à peine quelques mois, les amis et partenaires d’affaires Arnaud Calvé-Thibault (étudiant au certificat en économie de l’ESG),  Danilo Pessoa (étudiant au baccalauréat en gestion du tourisme et de l’hôtellerie de l’ESG), Maxime Gacougnolle, et Felipe ont fait beaucoup de chemin. D’une idée ont germé un logo et la production de vêtements urbains de style streetwear. Leurs vêtements sont maintenant vendus dans deux boutiques de la région montréalaise, soit Ruse Boutique et Passion Soccer, qui compte trois succursales.

Dans leur entourage, les quatre partenaires d’affaires côtoyaient plusieurs athlètes internationaux qui ont accepté d’emblée de porter la marque. « Ça s’est fait tout naturellement. Ils ont aimé la qualité des tissus, le logo et le fait que le design soit pensé et imprimé à Montréal », a-t-il mentionné en ne parlant de nul autre que des judokas Antoine Valois-Fortier, médaillé olympique, et Sergio Pessoa, des joueurs de soccer pour l’Impact de Montréal Maxime Tissot et Wandrille Lefèvre, de même que de la plongeuse et médaillée olympique Jennifer Abel.

Si les journées de Felipe sont bien remplies avec ses études au certificat en administration, ses entraînements avec l’équipe de soccer et les démarches marketing pour son entreprise, elles ne semblent pas être un fardeau. « Quand on aime quelque chose, ça se fait tout seul. Je travaille pour ma marque et ça se fait toujours bien, malgré mon horaire chargé. Il suffit d’être organisé. Puisqu’on est quatre, on s’organise toujours pour aider les autres dans le cas d’empêchements », a-t-il souligné.


Source: Citadins