L’Observatoire de la consommation responsable publie la septième édition de son Baromètre de la consommation responsable au Québec

L’Observatoire de la consommation responsable publie la septième édition de son Baromètre de la consommation responsable au Québec

L’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG a publié la septième édition de son Baromètre de la consommation responsable au Québec réalisé grâce au soutien d’Éco Entreprises Québec. La consommation responsable s’implante progressivement au fil des années dans les pratiques des citoyens : l’Indice de consommation responsable progresse de 2,1 points depuis 2010.

Parmi les faits saillants de cette année, on observe pour la première fois depuis six ans, un renversement dans l'ordre des groupes d'âge les plus responsables. En effet, dans les éditions précédentes, on remarquait qu’à chaque passage d’une génération à l’autre l’Indice de consommation responsable augmentait. En 2016, c’est au contraire les générations « opposées » qui sont les plus impliquées dans la consommation responsable : les 18-24 ans occupent la première place avec un Indice de 67,6 points et les 65 ans et plus la 2e place (Indice de 66,7 points). Ce phénomène « d’extrême » s’observe également au niveau des revenus puisque ce sont les citoyens les plus nantis et les moins nantis qui pratiquent le plus la consommation responsable.

Parmi les types de comportements responsables les plus répandus chez les Québécois, le recyclage demeure au premier rang suivi de la déconsommation, de la consommation locale et de la protection des animaux. Chez les Québécois qui décident de consommer moins, près de 75 % renoncent à acheter des produits dont ils n’ont pas besoin ou diminuent leur consommation de façon générale (62 %). « La déconsommation prend de l’ampleur, surtout chez les jeunes milléniaux » déclare Fabien Durif, directeur de l’OCR.

L’achat local, particulièrement en ce qui concerne l’épicerie, est une pratique responsable bien ancrée au Québec. L’origine des produits semble mobiliser les consommateurs alors que près des deux tiers des répondants mentionnent que le lieu de fabrication constitue un critère très important lors de l’achat de produits alimentaires. D’ailleurs, le logo Aliments du Québec semblerait avoir un fort impact sur le choix des consommateurs. Plus de 50% des répondants assurent consacrer au moins 30% de leur budget alimentaire aux produits locaux pour des raisons de plaisir pur ou pour des raisons environnementales.

Autres faits saillants de l’étude :

  • Le désir de modes de vie plus sains : plus de 8 consommateurs sur 10 recherchent des modes de vie plus sains et choisissent bien leurs aliments pour rester en bonne santé.
  • Les véhicules écologiques : le nombre de propriétaires progresse significativement; 3,4% de propriétaires de véhicules hybrides en 2016 contre 1,7% en 2015.
  • Les habitations écologiques sont encore peu répandues : 3,7% seulement des répondants, cependant 31,6% d’entre eux entrevoient une option écologique pour leur prochaine habitation. Les citoyens prêtent une attention aux caractéristiques écologiques d’une habitation sans qu’elles soient encore déterminantes à leurs yeux dans le choix d’une habitation par rapport à d’autres attributs comme le prix, l’état de la propriété, l’emplacement, la proximité des services ou le montant des taxes.
  • Le phénomène de la consommation collaborative : Uber et Airbnb continuent de progresser très significativement. Airbnb séduit les Québécois pour son excellent rapport qualité/prix, le côté pratique et la personnalisation du service.
  • Enfin, le marché écoresponsable reste teinté d’incompréhensions : 63,9 % se disent très confus face aux allégations environnementales des produits verts; 31,7 % sont très sceptiques face à ces produits et même 46,0 % y voient une forme d’écoblanchiment!

Pour consulter tous les résultats du Baromètre de la consommation responsable 2016 : www.consommationresponsable.ca/