Montréal, ville de mode?

Photo: Nathalie St-Pierre

Photo: Nathalie St-Pierre

Montréal, ville de mode? C'est la question centrale de ce colloque (9 mai) organisé par l'École supérieure de mode (ESM) de l'ESG UQAM. Les participants discuteront entre autres des critères permettant de qualifier une «ville de mode», des avantages d'une telle appellation, de l'industrie de la mode à Montréal, de son histoire et de ses innovations plus récentes ainsi que de différents cas de villes et de capitales de mode dans le monde.

«Montréal ne peut pas se comparer aux grandes capitales de la mode comme New York, Paris ou Londres», souligne Naoufel Remili, chargé de cours à l'ESM et l'un des responsables du colloque avec la professeure Marie-Ève Faust et les chargés de cours Madeleine Goubau et Philippe Denis, également de l'ESM. Mais, comme Tel Aviv ou Istanbul, Montréal peut être considérée comme une ville de mode, car on y trouve une industrie du vêtement et une grande créativité. «Il ne faut pas oublier qu'historiquement et culturellement, le vêtement a toujours fait partie de l'ADN de la métropole», mentionne le chargé de cours.

Les capitales de la mode sont axées sur l'évolution des tendances. On y remarque la présence de grandes marques prestigieuses et d'un nombre important de fashionistas influentes ainsi que la tenue d'événements mode comme les défilés. «Pour définir les villes de mode, on a recours à des critères plutôt industriels et créatifs et, dans ce sens, Montréal correspond tout à fait à cette définition», explique Naoufel Remili. D'autres critères peuvent s'ajouter: l'histoire de la ville, la présence de manufactures et d'un quartier de la mode. «Une ville de mode doit pouvoir compter sur des organismes qui soutiennent l'industrie et organisent des événements autour de la mode, sur des acteurs qui la font et sur des magazines qui en parlent, précise le chargé de cours. Bref, c'est une combinaison de plusieurs critères qui donne à une ville l'étiquette de "ville de mode".»

Lors de sa présentation, Naoufel Remili dressera un portrait de Montréal comme ville de mode tout en identifiant les problématiques et les enjeux auxquels l'industrie doit faire face. «Montréal doit se spécialiser dans des domaines particuliers comme ceux du vêtement de pleinair, de la fourrure – un domaine bien établi en train de se renouveler –, et du vêtement connecté, dit-il. Montréal est par ailleurs en voie de devenir une plaque tournante de l'intelligence artificielle, ce qui aidera ce dernier secteur à progresser.»